EFAC 2017 - ALLEMAGNE
Galerie photo
Photo_1

eiac-2014

Cette année, le Championnat d’Europe Indoor (EIAC) se déroulait à Saint-Marin. Saint-Marin est une petite république enclavée dans l’Italie. Géographiquement, elle se trouve à une quinzaine de kilomètres de la Mer Adriatique, tout à côté de Rimini et Riccione (qui sont un peu comme Cannes et St-Tropez en France).

En plus de l’EIAC, je participais sur la même période (du 30 Octobre au 01 Novembre) à la 2e édition de l’International 3D Indoor. Cette discipline qui se développe de plus en plus, se pratique sur des cibles 3D, mais contrairement à l’accoutumé (et comme son nom l’indique) se déroule à l’intérieur, dans des grands gymnases ou entrepôts. Les cibles se situent à une distance maximum de 40m (et toujours à distance inconnue).

 

Le premier jour, je n’avais que la 1e manche de l’EIAC. Après un bon échauffement le groupement était au rendez-vous. Cependant, lors du compté dès la 3e volée de la 1e série, je commis une petite erreur qui me coûta quelques points.

A la fin de cette 1e série, j’avais 6 points d’avance. Malheureusement, pendant la 2e série, et après un passage à vide de 3 volées (la moitié de la série…)  je réussis à limiter la casse en reprenant quelques points sur la fin et terminais donc cette 1e journée avec 274pts. Au classement, j’étais 1er ex-æquo avec un allemand, et un 2e allemand complétait ce podium provisoire.

 

Pour la 2e journée, ce fut la course ! Je tirais dès 9h, avec une ouverture du greffe à 8h. Pour pouvoir arriver à l’heure, je suis parti de l’hôtel à 6h30 pour attraper un premier bus qui m’emmena jusqu’au gymnase de l’EIAC. Une fois là-bas, une navette nous attendait, ou plutôt, devait nous attendre. Celle-ci est arrivée à 8h30 et nous a déposés sur le site de la 1e manche de l’International 3D Indoor. J’ai juste eu le temps de monter mon matériel, que nous avons attaqué la compétition. Démarrer un tir sans échauffement sur cible, c’est bizarre. Après 2 ou 3 cibles pour m’adapter aux conditions de luminosité, je réalisai un bon tir. Etant le seul de ma catégorie à tirer à cette heure-ci, je ne savais pas où je me situais dans le classement.

Dès la fin du 3D, je sautai dans la navette direction l’Indoor. Le temps d’arriver sur le site, la volée de réglage débuta. Dès la 1e série de cette 2e manche de l’EIAC, je commençai à grappiller quelques points sur mon adversaire le plus proche. Lors de la 2e série, un autre petit passage à vide plus ou moins maitrisé, m’ permit de prendre encore quelques points de plus sur le 2e. Après cette journée, je devançais de 19 pts  le 2e et de 26 pts  le 3e.

Après mon tir, c’est une des françaises que j’aidai. Celle-ci, ayant cassé son matériel lors de cette 2e journée, eut besoin d’aide pour l’achat de son arc, pour les caractéristiques, le réglage (d’appoint) mais aussi les traductions !!

 

Pour cette 3e et dernière journée, ce fut encore plus speed ! Le tir débutait à 8h, avec une ouverture du greffe à 7h. Le matin avant le début du tir, je découvris le classement du 3D. J’étais 2e avec 20 points d’avance sur le 3e mais aussi 20 de retard sur le 1er ! Contrairement à la veille, j’ai eu le temps de monter mon matériel tranquillement. La 2e phase du 3D me sourit davantage, mais cette fois encore, je n’avais pas le résultat des autres archers.

Ce dernier jour fut mouvementé, car après cette 1e compétition de la journée, j’attendais la navette pour me rendre sur le second site. Je voyais l’heure tourner, alors que le transport se faisait toujours attendre… Au final, le bus n’est pas passé dans les temps, j’ai donc du « attraper » une voiture de l’organisation en lui expliquant que je devais démarrer l’EIAC dans moins de 5min…

Donc, après 10min de transport, j’arrivai sur le site de la 3e manche, je sortis de la voiture, entrai dans le gymnase et me rendis compte que c’était à moi de tirer, que la volée de réglage était déjà passée et que le compté commençait ! Après 2 séries bien tirées, je ne laissai aucune chance à mes adversaires et finis avec 39 pts d’avance sur le 2e et 44 pts sur le 3e.

 

Épilogue : Je n’ai connu le résultat officiel du 3D qu’une fois en France, la remise des prix, pour des raisons d’organisations et de politique, s’est tenue le dimanche soir.

Tirer une compétition de 9h à 12h et la suivante de 12h à 15h, avec un trajet entre chaque site de tir, c’est du sport… Mais avec 2 podiums internationaux dans la semaine, dont un titre que je décrochais pour la 3e année consécutive et un record du monde amélioré de 13 pts, je ne vais pas me plaindre de mon voyage à Saint-Marin !